Au secours, Alep!!

Au secours, Alep !!

Y a des bombes

y a des gravas

y a des corps

Au secours, Alep !!

Poutine de Bachar

putréfaction d’ONU

Présidents ignobles

Au secours, Alep !!

Les banques complices

transforment l’or en tombes

c’est le peuple qui régale

Au secours, Alep!!

A chacun son destin

A chacun sa peine

A chacun sa cécité

Au secours, Alep !!

Aux urnes citoyens

L’étendard sanglant

demain sur vous sera

Au secours, Alep !!

Plus jamais…

plus jamais…

plus jamais…

Au secours, Alep !!

Publicités
Publié dans Non classé

Beautiful Nice

Putain de camion

Sur la promenade en anglais
des yeux hagards et morts en excès

Magnifique ville aux mille caméras
sous tous les angles fixe l’assassinat

Au rebut les SDF, au loin la mendicité
le sang salit les trottoirs nettoyés

La sécurité pour du cash, malsaine
En oublie la détresse humaine

Putain de camion
Politique en action

 

L’insécurité sociale crée l’insécurité civile

Publié dans Non classé

Déchéance

Déchéance de nationalité:

La France n’assume pas ses « déchets » elle les rejette vers l’Etranger.

C’est ce que l’on appelle du courage, de la maturité politique.

« Ils faut responsabiliser les parents »…

etc.

Le colon persiste et signe.

Publié dans Non classé

Vendredi 13

Ce fut mon premier jour de chance qui m’amena quelques déboires par la suite.
Bien sûr tous ces témoignages, cette solidarité mondiale, émeut, m’émeut!
J’ai la triste faculté de ne jamais regarder l’évènement présent mais ce qui le provoque.
Je ne suis jamais, ou très rarement dans l’action présente.
Il y aura toujours des Bons et des méchants, l’angélisme ne fait pas partie de ma réflexion.
Mais le pire, les vrais salauds, ce sont ceux qui provoquent les choses, armes les bras de dégénérés.
Dans ces fous, il y en a qui pensent que la mort est plus belle que la vie…ce qui permet TOUT!
Comment, pourquoi?
Les vrais salauds ce sont ceux qui détruisent chaque jour, un peu plus, notre futur pour un Dieu encore plus fou…l’ARGENT.
Les Vrais “SALAUDS” Sont a la tête de multinationales qui armes les bras séculiers des dirigeants de certains pays.
Les vrais “SALAUDS”en ce faisant leur ambassadeurs se mettent sur un même pied d’“EGALITE”, les vrais “SALAUDS” nous gouvernent!

L’insécurité sociale crée l’insécurité civile.

Publié dans Non classé

Heureusement!!

Heureusement qu’ils ont accès à

mon ordi, mes courriels, ma banque

Mon téléphone, mon smartphone, mon GPS

Qu’ils peuvent me visionner

Dans les rues, les magasins, les autoroutes…

Qu’ils peuvent nous contrôler en tous lieus, à tous moments

Qu’ils ont des fichiers sur tous à chacun

Que depuis le 11 septempbre plus de 100 lois sécuritaires ont été voté

Heureusement !!

Je suis, en solidarité avec les évènements, prêt à me faire implanter

Une caméra et un microphone dans le cul.

Publié dans Non classé

Petit Poulb’eau

la tête dans le sable les pieds dans l’eau

T’as plus de problèmes petit poulb’eau

la faute à tes parents au fond de l’eau

Y croyaient renaître au-delà des eaux

C’est sur demain j’irai au boulot

On s’indigne que sur les réseaux sociaux

la tête dans le sable les pieds dans l’eau

Tu quittes la terre super-héro

le cri des mouettes au dessus de l’eau

le monde sous le choc c’est rigolo

Ch’uis content que t’ai la tête dans le sable petit poulb’eau

tu verra pas not’gueule de plus que zéro

La tête dans le sable les pieds dans l’eau

repose en paix petit poulb’eau…

Publié dans Non classé

Sur la plage abandonnée

Sur la plage abandonnée

coquillages et crustacés

voici la fin de l’été

sur la plage, abandonnés

enfants morts et rêves brisés

c’est la crise des enfouarés

sur la plage abandonnée

huiles solaires et bâtons glacés

Voici la fin des congés payés

Sur l’autoroutes des vacances

Bison futé et chemins détournés

c’est le lot des vacanciers

sur l’autoroute des vacances

corps putréfiés et  camion fermé

voici la leçon des politiques mondialisés

Sur l’autre route de l’humanité

le progrès fait nombre de tués

Nos politiques sont à chier


Stop, démissions et l’enfance s’en portera mieux

Ils avaient dans leurs yeux l’éclat d’un monde heureux

Ils avaient dans leurs jeux la naïveté des rêves merveilleux

Ils avaient devant eux une promesse d’un futur rien qu’a eux.

La sagesse n’attends pas le nombre des années, la cruauté si !

Et dire que vous fûtes un jour des leurs…


Nuit Et Brouillard 

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
(bateaux usés, camions, containers fermés)
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants

Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n’étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe il ne reste qu’une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d’arrêts et de départs
Qui n’en finissent pas de distiller l’espoir

Ils s’appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D’autres ne priaient pas, mais qu’importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n’arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d’oublier, étonnés qu’à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands (politiques) guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n’ont plus cours
Qu’il vaut mieux ne chanter que des chansons d’amour
Que le sang sèche vite en entrant dans l’histoire
Et qu’il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m’arrêter ?
L’ombre s’est faite humaine, aujourd’hui c’est l’été
Je twisterais les mots s’il fallait les twister
Pour qu’un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
(bateaux usés, camions, containers fermés)
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent

Jean Ferrat

Publié dans Non classé